10 juillet 2006

Le colibri, trésor de l'espèce

Cric ! Crak ! Voila l’histoire du petit colibri…

Le plus petit oiseau au monde est le colibri – abeille. Il est à peine plus gros qu'un bourdon ! Le mâle est un peu plus petit que la femelle ne mesurant que 5.5 centimètres de long et pesant seulement 1.95 grammes. En comparaison, le colibri géant que l'on retrouve dans les Andes mesure environ 21 centimètres et pèse 20 grammes, si bien que le colibri-abeille peut se percher sur le bec du colibri géant des Andes.

Le mot colibri nous vient des indiens Taïnos ( premiers habitants de Cuba ) et signifie "oiseau dieu ". Dans la mythologie Taïno, le colibri symbolise la renaissance. Les indiens Taïnos croyaient que la création mourrait lorsque la température devenait sèche et qu'elle naissait de nouveau quand la pluie venait. Ils adoraient le colibri comme un "zeni", une idole fétiche représentant le parcourt du soleil à travers le ciel.

Autres noms communs du colibri dans les Antilles: Beija-flor, Calypte, Chupaflor, Guacariga, Pajaro Mosca, Picaflor, Zumbador, Zun Zun. En langage Taïno, le colibri-abeille se dit "Guani" à cause de sa couleur bleu-gris. Il est considéré comme un maître spirituel du monde animal. Audubon ( John James ) , célèbre naturaliste américain, appelait les colibris "des morceaux scintillants d'arc-en-ciel".

Les colibris ou oiseaux-mouches habitent exclusivement les Amériques. On les retrouve à partir de la Terre de Feu ( la pointe la plus au sud de l'Amérique du Sud ) jusqu'aux abords du Cercle arctique. Toutefois la majorité des espèces habite l'Amérique du Sud et l'Amérique Centrale. À peine une vingtaine d'espèces ont été observées aux États-Unis et de celles-ci, une seule espèce, le colibri à gorge rubis, fait son nid à l'est de la rivière Mississippi jusqu'au Québec.

Le plus grand danger qui menace les colibris, ce sont bien les Hommes. À la fin du 19e siècle, des centaines de milliers de colibris ont été tués pour leur plumage utilisé alors dans la fabrication des chapeaux. À cette époque, le chapeau était devenu un accessoire incontournable des femmes. Partout en Europe et en Amérique, les femmes de la classe bourgeoise rivalisaient entre elles pour avoir la plus belle coiffe parée de plumes et de fleurs. Imaginez, en une seule semaine de l'année 1888, plus de 400,000 plumages de colibris ont été vendus à l'encan à Londres. Les experts croient que plusieurs espèces de colibris ont ainsi disparus avant de pouvoir être adéquatement identifiées. Heureusement, la mode a changé. La capture et l'exportation des colibris sont maintenant défendues aux États-Unis et dans plusieurs autres pays.

Aujourd'hui, les colibris font face à un autre danger: la perte de leur habitat naturel. La forêt tropicale, le principal habitat des colibris, recule sur la planête. La bonne nouvelle est que les colibris ont de bonnes chances de survivre grâce à leur grande capacité d'adaptation. Certaines espèces ont même bénéficié du développement de l'agriculture et de l'engouement des gens pour le jardinage qui est devenu l'activité de loisir numéro un en Amérique. L'observation des oiseaux, pour sa part, est la deuxième activité de loisir.

Posté par DORISS à 18:05 - Commentaires [1] - Permalien [#]

Commentaires sur Le colibri, trésor de l'espèce

    Informations

    Contente de lire ce reportage sur les colibris!!Je m'intéresse à la martinique car une partie de mon prochain roman s'y déroulera...Alors je pioche quelques infos un peu partout!! J'aimerai en avoir sur les serpents "fer de lance", sur les mabouyas et les anolis! Merci si je peux en avoir Lilivan

    Posté par lilivan, 26 février 2008 à 16:21 | | Répondre
Nouveau commentaire